dimanche 25 juillet 2021
Total des publications: 8462
Retour Economie

LE BANGUI POUR ASSURER SON RETOUR

mardi 20 juillet 2021 08:48

Lorsqu’il arrête ses études en classe 3ème dans les années 1995, N’Guessan Harmann retourne dans son village natal pour exercer une activité qui lui permettra de se prendre en charge. C’est donc à Léléblé village situé dans la commune de Taabo, qu’il dépose ses valises et se converti à la vente de vin de palme, communément appelé “Bangui” dans la culture ivoirienne. Harmann fait tomber les palmiers aux fins de production. Il en extrait le nectar selon des techniques ancestrales éprouvées « En moyenne je fais tomber 10 grands palmiers chaque mois. Je travaille sur chaque palmier chaque jour, le matin à 05 heures  et le soir à 16 heures. À chacun de mes passages, je collecte le Bangui qui a été produit ensuite, je chauffe le palmier avant de le nettoyer et le recouvrir pour les autres productions » Explique-il le lundi 19 juillet 2021. Il récolte environ 20 litres  à chacun  de ses passages, soit 40 litres chaque jour, qu’il charge sur son vélo et revend en détail aux litres ou livre sur commande aux tenanciers de cabarets et bistrots. « Je gagne en moyenne 4 000 fr CFA par jour. Grâce cet argent, j’avoue que je peux m’occuper convenablement de ma famille. Je ne dépense rien, tout ce fait à la force des bras et ça paie vraiment » Nous confie l’homme de 39 ans et père d’un enfant.

Komenan Nicolas, contributeur PepeSoupe à Taabo.

Lire aussi ⬇️

GUEU TRIPHENE ET LA VENTE DE BANGUI

LE PROFESSIONNEL DU ‘’BANGUI’’

LE ‘’BANGUI’’ UN NECTAR QUI NOURRIT

M'GAWE FERDINAND

Articles recommandés: