mercredi 5 août 2020
Total des publications: 5523
Retour Société

BRAS DE FER SUR LE CAMPUS DE L’UJLOG

samedi 1 août 2020 13:42

À l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa (Ujlog), règne actuellement un climat de tension entre les étudiants et la présidence, au point où les premiers nommés projettent une marche de protestation les jours à venir, pour se faire entendre. Que reprochent-ils à leur établissement ? Selon les explications concordantes recueillies auprès de plusieurs étudiants, le mercure est monté sur le campus, après que l’inscription en année supérieure de 3000 d’entre eux ait été refusée par la présidence de leur université pour plusieurs motifs.

Face aux  interprétations des uns et des autres sur cette affaire, le professeur Jean-Jacques Séri de ladite université, a apporté un éclairage au cours d’un entretien, le vendredi 31 juillet 2020. Pour le pédagogue, l’atmosphère est devenue pesante quant à son arrivée à la tête de l’Ujlog, la présidente Abiba Tidou a entrepris plusieurs reformes pour un meilleur fonctionnement de cet établissement supérieur. « Il y avait plusieurs dysfonctionnements que la présidente a constatés à sa prise de fonction en 2014, notamment des fraudes au niveau des inscriptions. Certains étudiants rusaient avec l’administration pour se retrouver de la Licence 1 au Master sans passer par la deuxième année », a-t-il révélé. Dans un souci de transparence, durant les années qui ont suivies, la responsable a effectué des séances de travail avec les étudiants afin de les inciter à se conformer aux normes.

Cependant, selon Jean-Jacques Séri, l’appel de l’administration s’est toujours heurté au refus des concernés, qui semblent se plaire dans le désordre ambiant avant son arrivée.  En  conclusion, notre interlocuteur a rassuré que la présidente n’avait aucun souci avec les étudiants. Pour preuve, il a rappelé la création de la cellule de réflexion et d’anticipation des crises (Crac), en 2018. 

Baudoin koffi Kouadio

Articles recommandés: