Le premier site d'actualité en Côte d'Ivoire

11,579 articles actuellement disponibles

Le premier site d'actualité
en Côte d'Ivoire

NON RESPECT DU PRIX D’ACHAT DU CACAO, SEÏTIFLA GROGNE

      L’état de Côte d’Ivoire a pour habitude de fixer les prix des produits de rente à la veille du début des campagnes de chaque filière. Pour ce qui est de la filière café-cacao, les prix d’achat bord champ sont communiqués généralement en début du mois d’octobre. Et cette année, le gouvernement a décidé que le kilogramme de cacao soit acheté aux planteurs à 825 francs. Malheureusement, dans la sous/préfecture de SEÏTIFLA, appartenant à la circonscription départementale de VAVOUA, ce n’est pas le cas. C’est d’ailleurs à cet effet que l’équipe de PepeSoupe s’est rendu ce mardi 3 mai 2022 à DAOUO ( l’un des villages phares du canton Sétis) pour en savoir davantage. Sur place, nous avons échangé avec monsieur DOUALY BI BOUA ,Président de la Jeunesse Consciente du Sétis en abrégé (JCS). << Dans la quasi-totalité des 18 villages du canton Sétis, le kilogramme de cacao est acheté aux planteurs à la bagatelle somme de 400 francs CFA au lieu de 825 francs CFA comme recommandé par le gouvernement>>, a-t-il confié à notre micro.

Enseignant à Grand Bereby, le président de la JCS se fait régulier aux fins de soutien pour le bien-être de ses parents. Retenons que certains planteurs refusent de céder leurs produits aux acheteurs potentiels qui se présentent à eux pendant que d’autres, criblés de dettes et de charges, se sentent contraints de brader leurs marchandises. De toute évidence, le mécontentement des populations a atteint un point de non-retour. Pire encore est la situation de ceux qui acceptent de céder leurs produits, car en vérité ces derniers ne reçoivent pas leur argent sur le champ. En effet, des reçus leur sont donnés et ils devront attendre un mois pour recevoir leurs dus vu la lourdeur du processus de décaissement.
   À ce jour, les populations rurales du Sétis attendent que quelque chose soit faite urgemment pour leur permettre de faire face à leurs besoins vitaux. Malgré cette désastreuse situation, les prix des produits manufacturés ne font qu’exploser au mal gré des planteurs. De toute façon, l’information a été relayée par la notabilité à la mutuelle locale de développement. Les espoirs restent de plus en plus croissants.

Narcisse Edesse Sia, contributeur PepeSoupe à DAOUO.

partager l'article

Vous en voulez plus ? Devenez un lecteur privilégié !

Membre
Gratuit
Accès à un nombre limité d'articles réservés à nos membres
Recevez gratuitement la newsletter quotidienne de PEPESOUPE directement dans votre boîte mail
100% gratuit sans coûts cachés
Je m'inscris
Formule premium mensuelle sans engagement
Par mois
300 CFA
Des contenus premium exclusifs
Bénéficiez de l'accès à l'ensemble des articles du site pepesoupe.com, y compris les articles exclusifs
Accédez à tous les numéros du journal PEPESOUPE de l'année grâce à notre liseuse digitale
Accédez aux reportages vidéo PEPESOUPE
Recevez gratuitement la newsletter quotidienne de PEPESOUPE directement dans votre boîte mail
Je m'abonne
Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration